VIDEO FOREVER 15* Fantômes

Capture d’écran 2014-04-21 à 18.15.32
http://www.dailymotion.com/video/x1o3893_fantomes-par-barbara-polla-et-paul-ardenne_creation
Video Forever 15
6 février 2014
La question centrale : celle de la hantise. La réponse centrale mariée à cette question : par quoi sommes-nous hantés ? De quoi, de qui sommes-nous la hantise ?
L’être n’existe que hanté – parcouru par d’autres êtres, les fantômes. Impossible d’échapper à la hantise. Nous avons nos souvenirs, nous avons nos morts, nous avons nos remords, nos regrets. Nous avons même notre avenir. Rien de tout cela, nous ne l’avons vraiment à nous. Qu’est-ce que le « fantôme », comme l’enseigne l’étymologie du mot, phantasma en grec, fantosma en latin tardif : ce que nous ne possédons pas de notre vie vécue ou rêvée. Ce que nous avons perdu ou que nous ne sommes pas sûrs de posséder jamais. Un fantasme qui s’incarne dans une représentation de l’ « infravie ». Le moi, c’est la vie. Le fantôme, c’est l’infravie. On vit autant de la vie que de l’infravie. De la vie, parce qu’il nous faut affronter le réel pour avoir une chance d’y survivre. De l’infravie, parce que la vie que nous menons enregistre de facto des pertes, des défaites, des manquements, de l’impossession. Être possédé par le fantôme est à la mesure de l’impossession dont notre corps vivant est la mesure.
Paul Ardenne
Croire aux fantômes ? Croire plus que jamais aux fantômes ? La question ne se pose même pas. Nous croyons de fait aux fantômes parce que le fantôme est en nous, et parce que le fantôme, à l’évidence, c’est nous : nous voulons qu’existe le fantôme, et il existe, pour de multiples raisons, la première étant la nécessité psychique. Pas de vie humaine, en effet, qui ne soit menée sans que nos corps ne produisent un « CPI », un Corps Parallèle Imaginaire. Ce corps est parallèle à nous, il nous accompagne ou surgit à certains moments de notre vie : un corps imaginaire sans doute mais corrélé à la réalité, et que nous appelons le fantôme. Les fantômes, toujours, nous parlent d’êtres qui sont nos proches d’une manière ou d’une autre, d’êtres dont nous avons besoin, seraient-ils des spectres, seraient-ils de la non-vie, seraient-ils du rien. Ces êtres, en creux, nous révèlent. Ils sont nous-mêmes. Le fantomatique, certes, c’est l’« illusion » – le premier sens du mot « fantôme », jusqu’au 12ème siècle. Encore convient-il de préciser que cette illusion est nécessaire. Une illusion nécessaire à la vie qui ne peut assumer d’être pleinement, en un seul corps, celui de chacun de nous, la vie sous toutes ses formes et selon toutes ses modalités d’existence.
Pour lire l’article de Paul Ardenne en entier Cliquer ici
Avec les vidéos de Elisabetta Benassi, Andrea Cera, Leo Cheynet, Giulio Delvè, Ali Kazma, Pierre Mazingarbe, Laurent Pernot, Fernando Prats, Niina Suominen & more
Remerciements :
AV-arkki, Helsinki ; Magazzino, Roma ; Albertine de Galbert ; Le Fresnoy ; Galeria Joan Prats, Barcelona ; Galerie Odile Ouizeman, Paris ; Supportico Lopez, Berlin
Publicités
Cet article a été publié dans Video Forever. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s